Souvenir d’enfance : le figuier

Image Publié le Mis à jour le

fig-938226_1280

Coucou les amis !

Je suis allé faire un footing ce matin et en revenant, j’emprunte toujours une petite allée un peu sauvage qui donne sur une vieille petite maison avec beau petit jardin de campagne. Quel bonheur : mon regard s’est porté sur un magnifique figuier rempli de fruits et son essence s’est installée progressivement en moi. Mon corps s’est rempli de joie et le plaisir était intense ! Je me suis laissé transporter dans un merveilleux souvenir d’enfance que je voudrais vous partager. Bon week-end ! 🙂

« Mon arrière grand-mère habitait une vieille petite maison de campagne de le Var. De magnifiques champs, des berges à perte de vue. A l’intérieur du cabanon, dans la cuisine, au centre de la pièce trônait une vieille et belle table en bois. Y était posé un flacon avec de l’huile d’olive et du vinaigre maison pour la salade. Personne n’arrive à faire un assaisonnement aussi bon ! Sur la table, je vois aussi un petit panier en osier, de belles et grandes feuilles palmées y étaient déposées délicatement. Au toucher, je pouvais sentir la peau poreuse de celles-ci. figs-1620614_1920 A l’intérieur étaient nichées de magnifique figues qui ne demandaient qu’a être dégustées. Les fruits encore chauds du soleil je goûte. Le goût est très agréable et très sucré, elle fond délicatement sous mon palais. Je savoure et je continue la dégustation.

Je devais avoir à peine cinq ans. Je passais souvent mes étés dans cet endroit merveilleux, calme et reposant. Je m’en rappelle comme si c’était hier : bien souvent j’avais le plaisir de faire une petite sieste sous le magnifique figuier. Je pouvais admirer la beauté du ciel, compter les nuages, admirer la forme de cet arbre, le tronc, ses branches, ses feuilles de toutes les tailles, ses fruits par ci par là. Je les comptais et déjà je me voyais y goûter. Je m’endormais bercé par le chant des cigales. Je pouvais sentir l’air chaud sur mes joues, les rayons du soleil parvenaient de temps en temps à arriver jusqu’à moi, à travers le feuillage, pour venir caresser ma peau. Sous ma petite couverture légère je pouvais sentir la terre et l’herbe chaude et prendre plaisir à la caresser. C’était pratiquement de la paille à cette période de l’année. Mon coeur était rempli de joie et pas très loin, mon chien veillait à ce que personne ne vienne me déranger. J’étais bien et je m’endormais. Derrière-moi un coeur énorme rempli de sagesse : mon arrière grand-mère. Pendant ce temps elle prenait le temps de préparer les haricots, préparer les fruits pour la confiture ou de temps en temps s’octroyait une petite sieste elle aussi bien méritée. Elle veillait elle aussi sur moi, et elle continue telle ma belle étoile <3″ Merci la vie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s